• OS | Losing it all (Prismver)

    does it feel good to leave me behind

    do you like the way I look when I'm crying

    Lundi, 8h50. Encore chez elle. Encore en retard.  Pour ne rien changer. Mais c'est pas pour autant qu'elle allait se dépêcher.  De toute façon, qu'allait-il se passer ? La bibliothèque, à une heure pareille, serait relativement vide. Et l'autre crétin lui ferait encore des remarques. Il lui dirait à quel point elle est inutile, la rabaisserait et pesterait contre elle à longueur de journée. Elle s'en fichait, elle en avait l'habitude. Elle savait qu'il attendait simplement son arrivée. Pour pouvoir décharger sa mauvaise humeur du jour contre elle, probablement. Ou autre chose, peut-être. Mais elle ignorait quoi.

    Cependant, elle avait pris sa décision. Depuis sa rencontre avec cette élève, elle avait changé. Elle avait enfin choisi d'avancer.

    Mais il aura fallu que l'élève en question parte pour qu'elle se décide à faire le premier pas. Felicia... Elle avait été surprise par cette jeune fille. Qu'elle puisse se montrer si compréhensive, sans même la juger. La bibliothécaire lui devait beaucoup depuis ce jour-là. Lorsqu'elle avait appris son départ, elle en fut vraiment attristée. Elle l'avait revue, quelques fois, à la bibliothèque, sans pour autant vraiment faire plus connaissance. Mais si elle avait su... Elle aurait pu au moins lui dire au revoir. Un regret de plus à ajouter à sa longue liste.

    Et ce serait le dernier. Grâce à Felicia, elle venait sûrement de prendre la plus grosse décision de sa vie : tenter de renouer avec Erik.

    Bon, pour l'instant, inutile de cacher que c'était sacrément mal parti. Parce qu'en arrivant, il allait forcément l'engueuler comme si elle avait dix ans et ça n'allait pas encourager la jeune femme à s'excuser par rapport à ce qu'il s'était passé il y avait des années. Mais elle s'était juré d'essayer de faire quelque chose. Pour arrêter de culpabiliser.

    Juste avant de partir de son appartement, elle vit son lézard débarquer à toute vitesse accompagné d'un mot. Une convocation de Kerstin ? Allons donc, qu'est-ce qu'elle voulait encore, cette rabat-joie ? Qu'importe, ce n'était pas elle qui allait entacher la nouvelle résolution  de l'albinos.

    C'est donc d'un pas résolu - et armée de lunettes de soleil ainsi que d'un grand chapeau - qu'elle prit la direction du pensionnat. 

    ___________

    Ce sont les mains tremblantes qu'elle chercha la clef de la porte dans son sac.

    Ce n'était qu'une blague. Qu'une horrible blague. Il était impossible qu'il en soit autrement.

    Alors qu'elle avait décidé de changer. 

    Lui avait décidé de partir.

    Chacun souhaitait tourner la page à sa façon.

    "Il nous a déposé sa lettre de démission hier, sans nous donner de raison particulière. Il a quitté l'île ce matin. Un remplaçant sera bientôt affecté pour vous aider, mais en attendant, vous devrez vous débrouiller seule." avait dit cette chère CPE avec toute la compassion dont elle pouvait faire preuve. Ruthel lui aurait offert un cookie de consolation, au moins.

    Trouvée. Elle la saisit et tendit la main vers la serrure.

    Lui aussi, en avait assez de cette situation. A passer leur temps à entretenir leur rancœur, à se chamailler comme des gamins. Sauf que, comme la dernière fois, il avait décidé de faire face aux évènements à sa manière.

    Il avait fui. Sans lui laisser aucune chance de le retrouver. Le voudrait-il seulement?

    Peut-être allait-il changer d'avis, comme elle, et revenir dans quelques jours ? Ils étaient pareils, après tout. C'est ce que tout le monde disait. Dit encore, d'ailleurs. Même si moins qu'auparavant.

    Sauf que lui savait faire preuve d'une incroyable lâcheté dans des moments comme celui-ci. Non. C'était faux de dire ça. Elle aussi l'avait été. Sous couvert d'être blessée dans son orgueil, elle avait tout fait pour le dissuader de recoller les morceaux. Avait remué le couteau dans la plaie. Maija n'était probablement que la personne à le plus blâmer pour cette "guerre" qui durait depuis maintenant des années.

    Elle inséra la clef dans la serrure de la porte.

    Et c'était reparti pour un tour. Encore une chose qu'elle serait incapable d'oublier, et qu'elle ressasserait pendant des années. Toute sa vie ? 

    Les larmes vinrent toutes seules. 

    « J'ai changé. Je voulais m'excuser. Alors... Alors... »

    Elle ajouta dans un murmure :

    « Alors reviens, s'il-te-plaît. »

    Elle avait passé tant d'années à prendre soin de le haïr qu'elle ne se souvenait même plus si ces sentiments étaient réels. Elle l'avait aimé, avant la Dispute. Elle lui en avait voulu, après. Voyant qu'il n'allait pas s'excuser de sitôt, elle avait fait en sorte d'entretenir sa rancoeur à son égard. Mais qu'éprouvait-elle vraiment ? Elle ne le savait plus. 

    Quoiqu'il en soit, il lui manquerait. 

    Elle retira la clef.

    Il était hors de question de continuer ainsi. Elle s'était promis de changer, pour Felicia, et elle le ferait, avec ou sans Erik. Elle allait arrêter de s'apitoyer sur son sort. Elle n'allait pas tenter vainement d'oublier ses souvenirs. Elle allait vivre avec. Mais elle continuerait d'avancer. Cela s'était mal terminé avec Erik ? Eh bien, elle allait faire en sorte de ne pas répéter les mêmes erreurs.

    Puis facile à dire qu'à faire. Mais elle devait le faire. Elle voulait le faire.

    Finalement, elle rangea la clef dans son sac et fit demi-tour. Elle avait besoin de prendre l'air. Elle s'expliquerait avec la direction plus tard; elle ne voulait pas mettre les pieds dans la bibliothèque aujourd'hui. Réaction puérile ? Peut-être. Mais personne ne l'attendait là-dedans, de toute façon.

    Personne ne l'attendrait plus.

    I've got news I'm going my way

    fighting and I feel I'm getting somewhere

    all is right, all is right


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :